SECRETS INTERDITS

Bienvenue sur mon blog

SOLITUDE

Ces derniers jours, mes pensées vont vers toi.

Tu me manques.

J’aime à penser que que nos premiers baisers si doux, mes mains si sensuelles, mes lèvres si chaudes, tout cela provoque ton émoi.

Ta respiration s’accélère.

Tes mains deviennent incontrôlables.

Il faut que tu palies à mon absence. 

Je suis dans mon salon, il est 10H00 du matin, et pourtant, c’est à toi que je pense, et à ce que tu pourrais faire sans moi.

Tu défais un à un les boutons de ta chemise.

Tes seins pointes de désir sous le frôlement du tissus. 

Tu passes une main dans ton dos pour dégraffer ton soutient-gorge.

Tu te sens soulagée, dégagée du carcan qui emprisonnait ta poitrine généreuse. J’aimerais que ce soit mes mains, mes lèvres qui te touchent et te lèchent.

Tu continues, seule, à parfaire cet éfeuillage.

Pour qui ? Personne. Je suis seul, tu es seule.

Mais tu as tellement envie de moi, de sentir mon souffle brûlant dans ton cou, entendre ma voix suave murmurer des mots sensuels et sexuels à ton oreille.

Il te faut continuer absolument.

Une main s’engage sur la pente de ton ventre vers ton intimité. De l’autre, tes doigts jouent avec les tétons jusqu’à les faire durcir de ce plaisir intense.

Tu t’étais habillée pour sortir, mais sous ces impulsions de plaisir, tu soulèves ton bassin pour faire descendre ton pantalon sur tes chevilles.

Comme à ton habitude, tu ne portes jamais de culotte.

Tu écartes sensiblement tes jambes pour permettre à tes doigts experts d’atteindre ton petit abricot.

Tu commences, doucement, à te caresser ; à passer une main tantôt sur l’intérieur de tes cuisses, tantôt sur le “mont de Vénus”, puis sur le petit abricot où tes gestes se font plus pressants.

Là, j’imagine ma tête entre tes jambes, ma langue sur ta vulve, ton clito qui se gonfle sous mes assauts si doux et chauds, et sous mes mordillements et les aspirations de mes lèvres.

Ton corps est pris  de soubresauts et d’oscillations. 

Tu te cambres,  gémis du plaisir que je te donne et que nos souvenirs et envies l’un de l’autre peuvent procurer.

Tes gestes deviennent plus intenses et rapides. Tu es toute mouillée.

J’aimerais, à ce moment, être là pour te prendre, te pénétrer et parfaire ton plaisir jusqu’à l’orgasme.

Tu gémis encore, étouffe un léger “hum, oui !”.

Et stoppe tout.

Il est hors de question d’avoir un orgasme seule.

Tu me veux, moi, pour m’enmener jusqu’au plaisir parfait, celui qui se partage.

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

xcreme |
todosex |
paoloplus |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | minijupe
| claandtoys
| Sexy Story